Festival 2019 du 21 au 24 mars

Joute de traduction

Mots-clés :

- - Palais des Congrès


Olivier Lebleu - traducteur
Mathilde Caër - traductrice
Mireille Vignol - modératrice

La joute se déroule de la façon suivante : deux traducteurs reçoivent un texte inédit de 5 à 6 feuillets d’un auteur du Pacifique anglophone, deux semaines à l’avance. L’animatrice reçoit les deux traductions quelques jours avant l’événement et repère les points intéressants. Les traducteurs découvrent le texte de l’autre pendant la séance, les textes étant projetés sur écran. Ils doivent alors « défendre », expliquer leur version sous la houlette de la modératrice. Il ne s’agit pas de désigner un « vainqueur » ni la meilleure traduction, mais de montrer la multiplicité des solutions et la cohérence des choix effectués. Après la confrontation sur chaque paragraphe, le public peut poser des questions.

Cette année, Mathilde et Olivier défendront leur version française d’un texte inédit de l’Australien Chris Womersley, (Les Affligés, La compagnie des artistes, La mauvaise pente), invité du Festival de Rochefort, qui sera aussi présent lors de la joute.

Participants

Olivier Lebleu est un écrivain français, né le 19 novembre 1966.
Convaincu que le fond dicte la forme, il explore divers modes d’écriture (roman, livre historique, poésie, théâtre, scénario, documentaire). Ses sujets de prédilection sont l’Histoire, la transmission, la filiation.
Il vit à La Rochelle depuis 2002, où il anime plusieurs ateliers d’écriture. En 2011-2012, il poursuit un Master 2 de Traduction littéraire professionnelle à l’université Charles V (Paris-VII). Reçu avec mention Très bien, il se spécialise en traducteur de non-fiction (biographies, autobiographies, documents de sciences humaines) sans pour autant négliger le roman. Il est devenu le spécialiste français de l’auteur britannique Irving Finkel (L’Arche avant Noé, La Bibliothèque des refusés).

Mathilde Caër est née à Brest en 1989. Elle a fait des études d’anglais et soutenu une thèse en littérature néo-zélandaise en 2016. Elle vit à Paris, où elle travaille dans une librairie anglaise et comme traductrice/interprète.

• Mireille Vignol a vécu dix-huit ans en Australie et travaillé pendant quinze ans au sein de l’Australian Broadcasting Corporation où elle a couvert l’actualité du Pacifique-Sud. Depuis son retour en France en 2002, elle traduit des grands noms de la littérature australienne et océanienne (Kate Grenville, Witi Ihimaera, Kenneth Cook, Epeli Hau’ofa, Anna Funder, Alice Tawhai, Peter Temple, Evie Wyld, Russell Soaba, Drusilla Modjeska, le poète Peter Bakowski…), des écrivains américains
comme Nickolas Butler ou Steve Stern et des auteurs de polar (George Pelecanos, Walter Mosley, Lawrence Block, Roger Smith…)