Festival 2019 du 21 au 24 mars

Black As

Réalisation : David Betty

Réalisation / scénario / caméraman : David Betty

Série de 3 courts- métrages aborigènes / Australie / 5mn chacun

Hors du temps, hors piste et en ligne … allez au bush avec les Black As…qui ont des bonnes histoires à raconter et des talents fantastiques! Ils traversent le monde des Blancs mais privilégient leur culture, leur pays et leur langue.

Trois jeunes Yolngu, Jérôme, Chico et Dino, et leur frère adoptif Joe, partent faire une série de voyages dans la brousse pour chasser, cueillir et pêcher, tout en honorant la terre et leur loi ancestrale.

23 mars 2019 - 17:15 - Palais des congrés

intervenante
Marilyn Georgeff

 

A propos du film

Black As est le résultat de la mini-série Bush en 2001 de Bush, située dans les terres de Warlpiri autour de Yuendumu, au nord-ouest d’Alice Springs. À l’autre bout du Territoire du Nord, dans la communauté de Ramingining au nord-est de l’Arnhem, les quatre jeunes stars de Black As ont grandi avec Bush Mechanics. Ils étaient la première génération d’Autochtones à voir leur culture représentée à l’écran.
«Ils m’avaient déjà envoyé un clip de prévisualisation avec une bande son AC / DC.
C’était plein à craquer, aventureux sur les traces de brousse sauvage. Comment pourrais-je dire non? »interroge David Betty. C’était une progression naturelle pour ces jeunes hommes de vouloir raconter leur propre histoire en documentant leurs exploits de chasse au gung-ho et de tucker.
Ils ont donc demandé l’aide du docteur Buddhima Lokuge en visite et ont invité David Batty, le réalisateur, à venir travailler avec eux. La communauté s’est également impliquée dans le projet. La musique locale fournit la bande-son et les rushes ont été régulièrement visionnés pour donner une idée de la production.
David Batty rapporte :
«Pendant que nous parlions et que je tournais des séquences, je me suis vite rendu compte qu’ils avaient non seulement de bonnes histoires à raconter, mais aussi des talents fantastiques et de vrais bushmen.»
«Les garçons sont très motivés – c’était leur idée en premier lieu. Ils traversent aisément le monde des Blancs et les siens, mais privilégient leur culture, leurs traditions, leurs cérémonies, leur pays et leur langue.

Pour David Batty, la chance de raconter l’histoire de jeunes Autochtones vivant une vie saine et moderne qui intègre et honore leurs traditions a été une grande incitation. «L’Australie autochtone parle trop souvent de la vie sédentaire et de ses maladies et dysfonctionnements associés», dit-il. «En noir, alors que nous célébrons la culture des jeunes Autochtones, la nourriture du bush et la tradition des chasseurs / cueilleurs.

 

David Batty : réalisateur

La carrière de David s’étend sur 35 ans d’écriture, de production, de réalisation et de tournage de documentaires en Australie et plus récemment en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Son style unique de réalisation est vibrant, intime et riche en détails. L’instantanéité de son travail découle de l’établissement d’un rapport étroit avec ses sujets, qui proviennent souvent de communautés isolées ou de groupes marginalisés. Il associe les connaissances locales à la narration énergique et stimulante.
Établie à Alice Springs depuis 13 ans, puis à Broome pendant 12 ans et maintenant à Melbourne, David a une longue et distinguée histoire de création de programmes avec et pour les peuples autochtones. Sa carrière cinématographique a commencé vers 1980 à Alice Springs, où il a joué un rôle important dans la création de l’unité de production télévisuelle de l’Association des médias aborigènes d’Australie centrale (CAAMA).
Le travail de David en Australie centrale comprend la série télévisée à succès Bush Mechanics, diffusée à plus de trois millions de téléspectateurs. Parmi les projets récents, on peut citer Coniston, un documentaire d’une heure sur l’histoire du massacre d’Autochtones en Australie centrale en 1928, et Kabelbel, qui retrace le renouveau des compétences et des connaissances sur une île isolée de Papouasie-Nouvelle-Guinée. pirogue.
David a livré plus de 30 heures de contenu factuel en tant que réalisateur, rédacteur, DOP à ABC et SBS.

David Noakes – Producteur exécutif

David est un producteur exécutif et producteur pour la télévision et les longs métrages au sein de SeeView Pictures Pty Ltd ainsi qu’un consultant en cinéma. Parmi les nombreux films qu’il a produits, citons Milliya Rumarra / Le Nouveau Jour, Comment l’Ouest a été perdu et À l’ombre du requin. Il a travaillé à l’Australian Film Commission en tant que Senior Project Manager – Creative Development Fund et en tant que Investment Manager à l’Australian Film Finance Corporation, dans le domaine du documentaire, ainsi que dans des longs métrages et des séries télévisées.

Bergen O’Brien – Rédacteur en chef

Bergen O’Brien est un éditeur de documentaires australien de plusieurs années. Il a travaillé pour tous les diffuseurs grand public dans tous les formats du domaine de la narration visuelle. Il a acquis une réputation pour ses capacités techniques et son savoir-faire.

 

 

Allen Murphy – Producteur de musique

Allen travaille comme musicien et producteur de musique depuis plus de 30 ans. Originaire de New York, Allen a découvert l’Australie dans les années 1980, en tant que batteur du Village People. Il a déménagé à Sydney au début des années 90, jouant des sessions et enregistrant quand il a été invité à faire une tournée avec le groupe Warumpi. Cette exposition à la musique indigène l’a mené au Territoire du Nord, où une longue histoire d’amour avec la musique autochtone a commencé. Allen a dirigé les premiers festivals de musique de Barunga, a été coordinateur musical de Garma pendant 4 ans et a joué et enregistré avec des musiciens autochtones dans le Top End, y compris Blakbala Mujik, Yothu Yindu, Warumpi Band et bien d’autres.

 

Marilyn Georgeff

L’Australienne Marilyn Georgeff a été impliquée dans tous les genres du documentaires, au début comme réalisatrice et productrice, et en France comme distributrice et consultante.

Sa passion pour la plongée sous-marine la conduit à filmer des requins en Australie de l’Ouest, y compris des films avec des « Grands Blancs » à partir d’une cage. Elle a été une des premières au monde à faire cela. Elle a aussi fait un grand nombre de films sur des épaves de vaisseaux hollandais du 17eme siècle qui se sont écrasées sur des récifs de coraux a l’ouest de l’Australie.

Spécialiste des films sous-marins, elle a été primée pour un documentaire sur l’explorateur Français Lapérouse qui perdit ses bateaux lors d’un double naufrage dans le Pacifique sud en 1788, et qui fut aperçu pour la dernière fois en Australie.

En tant que journaliste, elle a vécu pendant six mois à Beagle Bay Mission, dans le nord-ouest de l’Australie occidentale, et a écrit et filmé sur les Aborigènes de la région.

Un livre dont elle est co-auteur, Joe Nangan’s Dreaming, raconte les rêves d’un stockman, le dernier membre de sa tribu, qui craignait de mourir sans pouvoir transmettre ses légendes.

Travaillant à la fois en France et en Australie, elle encourage les échanges d’idées et les films entre ces deux pays.

Elle est membre du Directoire d’Australian Business in Europe, une organisation de promotion des relations culturelles et d’affaires entre la France et l’Australie.