Festival 2019 du 21 au 24 mars

Si je t’oublie Opunohu – les chemins de la culture à Moorea

Réalisation : Gwendoline Malogne-Fer et Yannick Fer

Production: Te Piti Productions, avec le soutien du ministère français de la culture
Montage:  Arghyro Paouri (Cellule A/V, IIAC-EHESS)
Documentaire – 54 mn – 2015 – France – langues:  français et tahitien (sous-titré français)

 

 

Mots-clés :

1 avril 2018 - 10:00 - Palais des Congrès


A propos du film

La vallée d’Opunohu, au centre de l’île de Moorea (Polynésie française), fut autrefois le refuge d’une population importante et reste un lieu de rayonnement culturel. Dans les années 1990, la population de Moorea s’est mobilisée contre un projet de golf international qui aurait privatisé ce lieu de vie et de mémoire. Punitai Teihotaata, orateur de Papetoai, le village voisin, a appris de ses parents l’histoire de cette terre dont il connaît tous les secrets. De la terre à la mer, il nous accompagne dans un voyage au cœur de la mémoire culturelle polynésienne, avec ceux qui la font vivre aujourd’hui et travaillent à la transmettre aux jeunes générations à travers des chants, des danses, l’apprentissage de la langue, du ‘orero (art oratoire polynésien) et la redécouverte de la navigation traditionnelle.

Yannick Fer et Gwendoline Malogne-Fer

Ils sont sociologues et mènent des recherches en Polynésie depuis une vingtaine d’années. Si je t’oublie ‘Opunohu est le second film documentaire qu’ils tournent à Moorea, après Pain ou Coco, Moorea (2010), qui racontait les débats entre partisans et opposants de la « sainte cène ma’ohi » (du coco et du ‘uru, fruit de l’arbre à pain, à la place du pain et du vin) au sein de l’église protestante locale. Ils sont par ailleurs les auteurs de nombreux livres et articles, qui explorent notamment le rôle joué par les églises protestantes dans les îles polynésiennes, le militantisme culturel autochtone, les migrations régionales et les transformations liées au développement des églises et réseaux évangéliques dans cette région du monde.