15e édition du Festival du 06 au 10 octobre 2021

Mikaele TUI

À ‘Uvea (Wallis), Mikaele Tui est aliki, c’est à dire un représentant des familles nobles. Membre de la chefferie royale, il est l’un des gardiens de sa culture ancestrale, la Coutume, qu’il transmet inlassablement aux jeunes générations.

Mikaele Tui est né en 1956 à Mua, le district le plus au sud au sud de l’île de Wallis. Il part très jeune à Nouméa où son père vient de trouver un travail dans le commerce. Il fait toute sa scolarité à Nouméa. Il obtient son baccalauréat au lycée Blaise Pascal.
Il s’engage ensuite dans la marine et parcourt les océans pendant 18 mois.

De retour à Wallis, il devient en 1979 l’un des premiers journalistes de la nouvelle radio FR3 Wallis-et-Futuna.

L’année suivante, il réussit le concours d’entrée dans l’administration. Il fera toute sa carrière dans le service territorial des affaires culturelles.

Parallèlement, il occupe des fonctions coutumières de premier rang : il est mahe futuaika, le deuxième dans la hiérarchie du conseil royal, en charge de la culture, de la gestion des conflits fonciers et des relations avec l’État. Il est désigné en 2008 faipule de mua (chef de district).

En 2005, il est à l’origine d’un courant rénovateur pour la conservation des traditions et contre la démocratisation des institutions coutumières.

En 2008, il est inscrit à la faculté d’anthropologie de Bron (69). Il participe à la numérisation des archives maristes du Vatican, des archives de l’Outremer d’Aix en Provence et de Fontainebleau.
En mission territoriale sous mandat de l’ONU, il a étudié les systèmes coopératifs d’Israël.

Il vit en métropole depuis 2015 et préside l’association Felave’i Fiafia.

Il a co-écrit avec l’anthropologue Elise Huffer, ‘Uvea, publié aux éditions Université du Pacifique-sud (Suva) en 2004.

Il a présenté Wallis dans la série audiovisuelle « Des Îles et des Hommes » de Christian Karembeu, Planète productions.

Photo Muriel Bordier