16è édition du Festival du 1er au 4 Décembre 2022

Jacques NAVARRO-ROVIRA

Intervention

Jacques NAVARRO-ROVIRA présentera son film Malama tagata les Hommes Torches

BIOGRAPHIE  & FILMOGRAPHIE

Né en 1950, il est sensibilisé très tôt à la photographie et au cinématographe par un grand-père lyonnais photographe et cinéaste amateur éclairé (en 9,5 mm), intime des frères Lumière. Il fait des rencontres déterminantes lors de ses études supérieures à l’E.S.S.E.C (Ecole Supérieures des Sciences Economiques et Commerciales), au cours desquelles il tourne plusieurs courts-métrages avec ceux qui seront ses futurs associés dans « Les Films du Sabre », société de production qu’il crée avec eux en 1973, avant même sa sortie de l’ESSEC.

Après un premier séjour de 16 mois à Tahiti au titre du service militaire, comme V.A.T (Volontaire à l’Aide Technique) animateur en formation adulte à la gestion, au cours duquel se forge sa « part » polynésienne, il revient à Paris et prend part activement au développement du « Sabre ». Avec des responsabilités au sein de la Direction ainsi que sur les tournages où il occupe successivement nombre de fonctions d’assistant réalisateur, de régisseur, de directeur de production, notamment lors des début du Sabre dans le film de fiction avec la production d’une dizaine de courts-métrages (Arthur Joffé, Jean Jacques Beneix, Stéphane Kurc, Takis Candilis, Quentin Raspail, Armand Bernardi, Georges Campana, etc…), ainsi que le long-métrage de Stéphane Kurc : « l’Oeil du Maître », il développe une pratique très polyvalente de ce métier.

Au tout début des années 80

grâce à la montée en puissance du film d’entreprise, et par goût du terrain, il écrit, filme et réalise une soixantaine de films institutionnels pour la plupart des grandes entreprises ou services publics français, dont plusieurs seront primés lors des différents Festivals de Biarritz du Film d’Entreprise.

Vers le milieu des années 80

l’appel du large viendra de… Tahiti ! d’où il reçoit la proposition de développer le tout nouvel Institut de la Communication Audiovisuelle de Polynésie française (ICA). Ce sera pour lui l’occasion de connaître ce pays en profondeur et surtout à travers les très nombreux tournages documentaires qu’il effectuera dans tous les archipels : îles de la Sociétés, Marquises, Australes, Tuamotu, Gambier. Ce sera également la découverte des autres cultures polynésiennes, micronésiennes et mélanésiennes lors du 4ème Festival des Arts du Pacifique, qui se déroule à Tahiti en 1985 et au cours duquel il tournera plus de 70 heures de rushes dont il fera le film officiel ainsi qu’une collection documentaire sur la musique et les danses du Pacifique. La plupart de ses films seront diffusés sur RFO Télé Polynésie.

Fin provisoire du voyage aux îles du grand océan en 88, l’appel du large venant cette fois-ci de Paris et plus précisément du Sabre qui lui demande de développer la branche prestation technique du « groupe Sabre », qui compte en 1994 80 permanents et produit des centaines d’heures de programmes, aussi bien des documentaires, que des films ou téléfilms de fiction, des magazines, ou des émissions de flux, pour un CA de 35 millions d’euro. Pendant cette période, Jacques Navarro-Rovira travaillera étroitement avec Serge Gainsbourg (clip « Lemon Incest », dernier spectacle au Zénith), Jane Birkin (spectacle au Bataclan), Thierry Ardisson (émission « Lunettes noires pour nuits blanches »), Frédérique Mitterrand (émission « Etoiles et Toile) et Jean-christophe Victor (émission « Le dessous des cartes » pour la Sept puis Arte).

Vers le milieu des années 90

A l’occasion de l’entrée du groupe Expand, par l’intermédiaire de Canal plus, dans le groupe Sabre vers le milieu des années 90, il décide de prendre du… large, une fois de plus ; le travail de terrain en équipe plus restreinte lui étant plus propice que les grosses machines de guerre, ainsi qu’un attrait plus marqué pour « l’artistique » que pour la stratégie de production. Il retourne donc… à Tahiti, où il se positionne rapidement comme réalisateur et concepteur de programmes, notamment auprès de France Télévisions Polynésie 1ère puis de TNTV.

Depuis lors, il conçoit, produit et réalise plusieurs émissions, pour ces diffuseurs par le biais de « BEAU GESTE », sa structure de production

notamment « Motamo » une quotidienne de 5’ pour enfants autour du vocabulaire, « Aïto Kultur » un magazine mensuel de 45’ « branché jeune »,  Anapa  une quotidienne de 5’ sur la gestuelle dans les domaines de la danse, de l’artisanat et du tatouage, sur Polynésie 1ère ou encore « Knews », magazine d’actualité hebdomadaire de 15’, et « Fool Option », Talk show « people » décalé de 1h30 en public sur TNTV.

Il écrit et réalise également 16 documentaires de 26mn des collections « Cœur d’île » et « Horizon Pacifique », produites par Bleu Lagon et Grand Angle pour Polynésie 1ère, ainsi que pour les collections « Te Nati » et « Les Artisanes », produites par Bleu Lagon et Merapi Productions pour TNTV.

Disposant de son propre matériel professionnel de tournage et de montage HD et 4K, il produit et réalise également des documentaires de création :

« Ia Orana Gauguin, photographies d’un retour » (2004) 52’, sélection officielle FIFO 2006 (Festival International du Film Océanien), sélection officielle Festival de St Malo « Etonnants Voyageurs » 2012
« Parry/Papeete 1932 » (2007) 26’ avec le Musée de Tahiti et des Iles
« Horo’a le Don » (2008) 26’, grand prix du jury du FIFO 2008, produit par Kultur Prod
« Marquisien, mon frère » (2009) 52’, prix du public FIFO 2009, produit par Bleu Lagon productions sélection Festival de Rochefort 2012
« Fa’aheimoe, ou l’Encre et le Geste » (2010) 52’, sélection hors compétition au FIFO 2010
« Makatea, l’oubli » (2011) 52’, sélection officielle FIFO 2011, sélection Festival du Film Insulaire de Groix 2011, Festival de Suva (Fidji) 2013
« Les As de Cœur » (2011) 52’ sur le don d’organe, sélection hors compétition FIFO 2011, produits par Bleu Lagon
« Mama’o Blues » (2012) 52’, sélection officielle FIFO 2012, sélection Festival de Rochefort 2012
« Père Laval, un paradoxe mangarévien » (2013) 52’ produit par Bleu Lagon et Grand Angle, sélection hors compétition au FIFO 2013
« La Pirogue du Cœur » (2014) 52’, produit par Beau Geste, Bleu Lagon, Grand Angle, sélection Ecrans Océaniens FIFO 2014
« La Compagnie des Archipels » (2014) 52’, produit par Beau Geste, Bleu Lagon, Grand Angle, prix spécial du Jury FIFO 2014, sélection Festival du Film Insulaire de Groix 2013, sélection Festival de Rochefort 2014, sélection Festival de Suva (Fidji) 2014, sélection Festival de Hawaii 2014
« Aux Armes Tahitiens » (2015) 90mn, produit par Bleu Lagon et Polynésie 1ère. Sélection officielle FIFO 2016, sélection Festival de Rochefort 2016.
« Alors On Danse » (2016) 56mn, produit par Beau Geste, Oceania Film et Polynésie 1ère. Sélection officielle et prix du public FIFO 2017 Tahiti, sélection Festival de Rochefort Merit Award Festival Accolade 2018 de La Jolla (USA), Merit Award Impact Doc Film Festival 2018 de Los Angeles (USA), prix « coup de cœur étudiants » Festival Rencontres Documentaires de Nancy 2018, Award of Recognition IndieFEST 2018 de La Jolla (USA), Grand prix du jury du meilleur documentaire (feature, plus de 40 mn) du Festival Over The Rhine 2018 de Cincinnati (USA), Excellence award au Docs Without Borders Film Festival 2018 Nassau (USA), sélection Festival de Rochefort 2017, sélection officielle au Together 2017 Disability Film Festival de Londres, Sélection officielle au Wairoa Maori Film Festival 2018 Auckland Nouvelle Zélande, Sélection officielle au Vox Popular Media Arts Festival 2018 de Thunder Bay (USA), Sélection officielle au Breaking Down Barriers Film Festival 2019 de Moscou (Russie).
« Pouvana’a ni Haine ni Rancune » (2017) 56mn, produit par Bleu Lagon Productions et Polynésie 1ère. prix spécial du Jury FIFO 2018. Sélection Festival de Rochefort
« Opanipani, Prisonnier à Tahiti » (2018) 52mn, produit par Oceania Film et Polynésie 1ère. Sélection hors compétition FIFO 2019.
« Malama tagata les Hommes Torche »  (2019) 52mn produit par Archipels Productions, Wallis et Futuna 1ère, Nouvelle Calédonie 1ère et Polynésie 1ère. Sélection hors compétition FIFO 2020. Sélection Festival de Rochefort
« Vehttp://Jacques Navarro – Roviraro » (2019) 52mn, produit par Oceania Film et Polynésie 1ère.
« Faa’amu les Enfants Confiés de Polynésie » (2019) 52mn, produit par Bleu Lagon Productions, Eclectic Production et France Ô.
« De Mangareva au Palais Bourbon » (2021) 52mn, produit par Bleu Lagon Productions, Merapi et TNTV (Tahiti Nui Télévision)
« Tahiti Saïgon Story » (2021) 52mn, produit par Bleu Lagon Productions, Merapi et Polynésie la 1ère.
« Mana » (2021) 52mn, produit par Oceania Film et Polynésie 1ère.

Il produit et co-réalise également des courts métrages de fiction en milieu scolaire et universitaire (« Antirock » 25’ avec des élèves du Lycée Gauguin, « Maohi Touch » 5’ avec des stagiaires de l’IUFM, sélection Nuit de la Fiction FIFO 2010 « Le Chemin de Damas » 10’, « The Paofai Falcon », co-réalisé avec Marie-Hélène Villierme, sélection Nuit de la Fiction FIFO 2011,  et  Festival Rochefort Pacifique « l’After », 10’, « Après la Pluie » 12’ avec des élèves de l’ISEPP) et intervient comme producteur exécutif et réalisateur auprès d’autres producteurs ou diffuseurs de la place.

Enfin, parallèlement à ses responsabilités de membre fondateur et ancien Président de l’ATPA (Association Tahitienne des Professionnels de l’Audiovisuel), il a dispensé deux cours d’écriture scénique et de réalisation audiovisuelle à l’ISEPP et à l’Université de Polynésie française et animé des ateliers audiovisuels auprès de l’IUFM, ainsi qu’à la Maison de la Culture, notamment auprès de groupes de jeunes de quartiers défavorisés.