MARTIN EDEN

Réalisateur : Pietro Marcello

Italie, Allemagne, France / 128 min / 2019

27 mars 2020 - 9:00 - Lycée Merleau-Ponty


A propos du film

À Naples, au cours du 20ème siècle, le parcours initiatique de Martin Eden, un jeune marin prolétaire, individualiste dans une époque traversée par la montée des grands mouvements politiques. Alors qu’il conquiert l’amour et le monde d’une jeune et belle bourgeoise grâce à la philosophie, la littérature et la culture, il est rongé par le sentiment d’avoir trahi ses origines.

Une libre adaptation du célèbre roman de Jack London, paru en 1909. Il sera réédité en Folio fin septembre par Gallimard à l’occasion de la sortie en salle.

Festival International du film de Venise – Compétition COUPE VOLPI – PRIX D’INTERPRÉTATION MASCULINE

Note des auteurs

Martin Eden raconte notre histoire, celle de ceux qui ne se sont pas formés dans la famille ou à l’école, mais à travers la culture rencontrée en chemin. C’est le roman de l’autodidacte, de celui qui croit en la culture comme instrument d’émancipation et qui est resté en partie
déçu. Un livre d’une grande pertinence politique, qui révèle la capacité de Jack London à percevoir les nuances ternes de l’avenir, les perversions et les tourments du XXe siècle.
Nous avons imaginé que notre Martin traverserait le vingtième siècle, une transposition onirique du vingtième siècle, dépourvue de coordonnées temporelles, ne se situant plus dans la Californie du roman mais dans un Naples qui pourrait être n’importe quelle ville portuaire
(pas seulement) d’Italie.
Pietro MARCELLO et Maurizio BRAUCCI

Biographie

Pietro Marcello est né à Caserte en 1976. Il étudie la peinture à l’Académie des Beaux-Arts. Autodidacte, il enseigne en prison, dans le cadre de vidéos participatives puis de 1998 à 2003, il travaille comme organisateur et programmateur des rendez-vous cinématographiques
Cinedamm, au Damm de Montesanto, centre social autogéré dont il est l’un des membres fondateurs à Naples.
C’est alors qu’il réalise ses premiers courts métrages, Carta et Scampia.

Filmographie

  • En 2004, il achève Il Cantiere, un documentaire avec lequel il remporte la 11ème édition du Prix Libero Bizzarri.
    L’année suivante, il réalise La Baracca.
  • En 2007, Il passaggio della linea, présenté à la Mostra
    du Cinéma de Venise dans la section Orizzonti, obtient de nombreuses distinctions.
  • En 2009, il s’empare d’un projet de la Fondation Jésuite San Marcellino de Gênes et réalise son premier long-métrage, La bocca del lupo. Le film, sélectionné entre autres aux Festival de Turin, Berlin, et au Cinéma du Réel, obtient de nombreuses et prestigieuses distinctions de la part de la critique et des festivals internationaux.
    En 2011, Pietro Marcello tourne Il silenzio di Pelesjan, présenté hors compétition à la 68e Mostra du Cinéma de Venise en 2011. Tourné en 16mm, le film est un portrait du grand réalisateur arménien Artavazd Pelesjan.
  • En 2015, Bella e perduta est présenté au Festival de Locarno et de nombreux autres festivals internationaux.
    2015 Bella e perduta Cinéastes du présent – Festival International du film de Locarno
    2011 Il silenzio di Pelesjan Séance spéciale – Festival international du film de Venise
  • 2009 La Bocca del Lupo Festival du Film de Turin – Prix du Meilleur film
  • 2007 Il passaggio della linea
    Compétition Orizzonti – Festival international du film de Venise
  • 2005 La baracca (court-métrage)