WARU

Réalisatrices : Ainsley Gardiner, Casey Kaa, Renae Maihi, Awanui Simich-Pene, Briar Grace Smith, Paula Whetu Jones, Chelsea Winstanley, Katie Wolfe -

Réalisation néo-zélandaise

Drame maori / 1h28 /  2017

GRAND PRIX DU JURY DU FESTIVAL DES ANTIPODES 2019

Mots-clés :

20 mars 2020 - 20:15 - Apollo Ciné 8, esplanade Jean Louis Frot 17300 Rochefort

Intervenant
Bernard Bories - Président des rencontres internationales du cinéma des Antipodes

Ciné-rencontre  organisée par Rochefort sur Toile,  en préambule au Festival Rochefort Pacifique Cinéma & Littérature

A propos du film

Huit jours de tournage. Huit réalisatrices maories. Huit destins de femmes maories s’entrelacent dans des séquences de dix minutes, tourné en plan-séquence (ou presque), révélant l’impact qu’a la mort du petit Waru dans la communauté. La culpabilité, la responsabilité, la honte et la pauvreté : de nombreuses questions surgissent dans cette tragédie ponctuée de quelques bouffées lumineuses. En maori, waru signifie 8. C’est une histoire universelle racontée d’une façon autochtone. Indispensable.

Le film a été ovationné lors du Festival international du film à Toronto : « Les gens sont très émus par l’histoire, en retour il y a une vraie réponse sincère. » se réjouit Katie Wolfe. Un impact qui peut être signe d’engagement sincère au niveau mondial sur le plan humain et politique afin de diminuer au maximum la perte de (jeunes) nouvelles vies.