MERATA MITA

Réalisateur : Heperi Mita

Producteur : Chelsea Winstanley

Documentaire / Nouvelle Zélande / Langue : Anglais Sous-titre: Français / 95 ‘ / 2020

2018 New Zealand International Film Festival
2018 Rotorua Indigenous Film Festival
2019 Sundance Film Festival
2019 Berlin International Film Festival (NATIVe Programme)
2019 Hawaii International Film Festival – Spring Showcase

2020 Festival International des films documentaires Océaniens FIFO

27 mars 2020 - 9:30 - Palais des congrès 73 rue Toufaire 17300 Rochefort

Intervenant
Bernard Bories - Président des Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes

A propos du film

Ce documentaire offre un étonnant portrait de Merata Mita, une cinéaste néo-zélandaise. Sa vie comme femme, mère et Māori. Réalisé par son fils, Heperi Mita, il montre sa forte personnalité, ses luttes pour les droits des femmes comme pour ceux des Māori ainsi que le chemin qu’elle a tracé vers la naissance d’un cinéma où les voix autochtones ont leur place..

Le Festival International des Films de l’Océanie  a décerné cette année, 3 prix spéciaux du jury dont l’un à Merata : How mum decolonized the screen de Heperi Mita. FIFO 2020

C’est la  première  fois que ce film est diffusé en France.

Biographie du réalisateur 

Né dans une famille de cinéastes, une carrière dans l’industrie cinématographique était incontournable pour le réalisateur Heperi Mita (de Māori Ngāti Pikiao et Ngāi Te Rangi)  rien qu’il n’ait pas essayé. Sa carrière dans les médias a commencé en 2007, travaillant dans le journalisme en ligne pour le journal Las Vegas Sun, lauréat du prix Pulitzer. Il est retourné dans son pays d’origine, Āotearoa / Nouvelle-Zélande, en 2011, après la mort de sa mère, pionnière du cinéma indigène Merata Mita.
C’est ici qu’il a commencé sa carrière d’archiviste avec Ngā Taonga Sound & Vision, les archives cinématographiques du pays. La combinaison de ces expériences a culminé dans ses débuts de réalisateur avec le documentaire Merata: How Mum Decolonised the Screen, présenté en première au festival international du film de Nouvelle-Zélande 2018.
Heperi a récemment reçu le prix «Pacific Islanders dans le prix Communication Trailblazer Award» 2018 au Hawaii International Film Festival

Déclaration de Heperi Mita

Je n’ai jamais vu ma mère comme cinéaste, et elle n’a jamais été une militante à mes yeux. Elle a toujours été une maman aimante. Et en tant que plus jeune de ses six enfants, c’était le seul côté d’elle que je connaissais vraiment.
Il y avait beaucoup de choses sur ses 68 ans de vie que je ne connaissais pas, et c’est dans les coffres des archives du film qu’elle me raconte l’histoire de son passé.
Ma mère, Merata, a été la première femme maorie et la première femme autochtone au monde à écrire et réaliser un long métrage narratif. Elle a réalisé des films à Hollywood, a interviewé Robert Mugabe au Zimbabwe et a travaillé pour diverses organisations respectées à travers le monde telles que la BBC et National Geograp. Ses documentaires politiques indépendants des années 70 et 80 ont souligné les injustices pour les Maoris en Nouvelle-Zélande et ont souvent divisé le pays.
Mais la souffrance de mes frères et sœurs plus âgés à cette époque était bien trop réelle. Sa volonté de justice sociale devra être mise en balance avec les dangers auxquels son travail les exposerait.
Bien que ce film soit en préparation depuis cinq ans, ce qui est présenté à l’écran est un héritage qui s’étend sur des décennies et dont l’influence se fera sentir pour les générations à venir. S’il n’y avait pas la ferme conviction de Merata et la volonté de continuer à se battre pour que les Maoris contrôlent leurs propres histoires, nous n’aurions pas l’industrie florissante que nous avons aujourd’hui. Il reste encore beaucoup à faire mais elle a ouvert la voie et nous n’oublierons jamais; ce film est un hommage à son héritage.

Film: Merata: How Mum Decolonised the Screen