Festival 2019 du 21 au 24 mars

2018, la Nouvelle-Calédonie a rendez-vous avec son destin - table ronde

Mots-clés :

table ronde - 1 avril 2017 - 15:15 - Palais des Congrès

Intervenants, modérateur
François Garde
Jean-François Merle
Jean-Yves Faberon
Wallès Kotra

Cette table ronde intervient la veille du référendum d’autodétermination de 2018 afin d’éclairer les festivaliers sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie.

Le passé a été le temps de la colonisation. Le présent est le temps du partage par le rééquilibrage. L’avenir doit être le temps de l’identité dans un destin commun.

Intervenants:
Jean-François Merle

Inspecteur général de l’agriculture et conseiller d’Etat honoraire, Jean-François Merle a été conseiller technique chargé de l’outre-mer à Matignon de 1988 à 1991, quand Michel Rocard, dont il avait été un proche collaborateur depuis 1978, était Premier ministre. A ce titre, il a participé à la négociation des accords de Matignon puis supervisé leur mise en œuvre. Depuis, il n’a pas cessé de suivre l’évolution de la Nouvelle-Calédonie, et des autres outre-mers, dans les différentes responsabilités qu’il a exercées. En juillet 2014, il a été chargé par Manuel Valls, Premier ministre, d’animer avec Alain Christnacht, artisan de l’accord de Nouméa de 1998, une mission d’écoute et de conseil sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie, pour préparer la consultation d’autodétermination du territoire qui doit intervenir au plus tard en 2018.

Jean-Yves Faberon

Professeur d’université honoraire, spécialiste du droit outre-mer, fondateur de la maison de la Mélanésie-Paul de Deckker, il a rédigé de nombreux ouvrages sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie. Il vit actuellement à Nouméa.
Bibliographie
• Les institutions pour un pays – La Nouvelle-Calédonie en devenir, 2012, PU Aix-Marseille.
• Droit des collectivités d’outre-mer, avec Jacques Ziller, 2007, LGDJ.
• La Nouvelle-Calédonie pour l’intégration mélanésienne, La nouvelle revue du Pacifique, n°1, volume 4, avec Paul de Deckker, 2012, L’Harmattan, Paris.
• Mondes océaniens, Etudes en l’honneur de Paul de Deckker, 2010, L’Harmattan.

François Garde

Né en 1959, François Garde s’est lancé dans l’écriture après avoir vécu une longue carrière au sein de l’administration française. Après des études à Sciences Po, puis à l’ENA (promotion Louise Michel, 1984), il va occuper plusieurs postes : secrétaire général adjoint en Nouvelle-Calédonie (1991-1993), administrateur des Terres australes et antarctiques à l’île de La Réunion (2000), membre du Cabinet du ministre des Outre-mer (1998-1999), directeur de la station de Val d’Isère. Ces activités qui l’amènent à voyager vont nourrir ses romans tout en laissant une place privilégiée à l’imaginaire et à la fiction. En 2012, il reçoit le Prix Goncourt du premier roman avec Ce qu’il advint du sauvage blanc où il raconte la vie de Narcisse Pelletier, un jeune mousse vendéen abandonné par un navire sur la côte australienne. Tout en occupant un poste de vice-président au tribunal de Dijon, puis de Grenoble, le passionné de Jules Verne, de Lévi- Strauss ou de Yourcenar, lance, en 2013, ses lecteurs sur la piste d’un étrange manuscrit que son héros Philippe Zafar va ausculter puis devoir parcourir le monde.
Bibliographie
 Les institutions de la Nouvelle-Calédonie, 2001, L’Harmattan.
Ce qu’il advint du sauvage blanc , 2012, Gallimard
Pour trois couronnes, 2013,  Gallimard.

Modérateur:

Wallès Kotra est directeur de France Ô et président du FIFO.